Comment favoriser l’autonomie des personnes âgées

favoriser l'autonomie des personnes âgées

Comment favoriser l’autonomie des personnes âgées ?



Le maintien de l’autonomie de la personne âgée représente une composante essentielle de son bien-être. Alors que le nombre de personnes de plus de 75 ans devrait doubler d’ici à 2070, aider les aînés à bien vieillir apparaît comme un enjeu majeur de santé publique.

Le lien social, un facteur important au maintien de l’autonomie des personnes âgées


Stimuler l’autonomie, c’est préserver la qualité de vie et lutter contre la solitude des personnes âgées. En effet, les échanges sociaux entraînent des stimulations cognitives qui contribuent à maintenir une bonne santé mentale et favorisent le bien-être.

Si les personnes les plus autonomes peuvent entretenir des liens sociaux en participant à des sorties culturelles ou à des activités de groupe, les personnes les plus fragilisées peuvent quant à elles favoriser les liens sociaux en échangeant régulièrement avec des membres de leur entourage ou en sollicitant l’accompagnement d’une auxiliaire de vie sociale. De nombreuses initiatives permettent de faciliter les échanges, Famileo est par exemple un journal familial confectionné par la famille et envoyé chaque mois aux grands parents sous forme d’une gazette papier. Un moyen simple et ludique de maintenir le contact entre les membres de la famille.

Autonomie de la personne âgée : l’alimentation a un rôle à jouer


En France, 25% des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent seules sont touchées par la dénutrition. Résultant d’apports nutritionnels insuffisants, ce déséquilibre peut avoir de nombreuses conséquences sur la santé et entraîner peu à peu une dépendance importante.

Favoriser l’autonomie d’une personne âgée c’est donc veiller également à ce que ses repas soient variés, réguliers et suffisamment riches en protéines. Ces dernières sont indispensables à la prévention de la perte musculaire inhérente au vieillissement et l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) recommande un apport quotidien de l’ordre d’un gramme par kilo de poids, soit plus que la référence nutritionnelle des adultes.

Chez les personnes âgées fragilisées dont les apports protéiques sont diminués, il peut être bénéfique d’utiliser un complément de repas tel que Renutryl® Energie +. Enrichi en protéines, ils contribuent au bon fonctionnement de l’organisme et au maintien de la masse musculaire. Les recettes s’intègrent facilement aux repas du quotidien pour aider les personnes âgées à préserver leur santé et leur autonomie avec gourmandise.

L’activité physique, une solution pour prévenir la perte d’autonomie des personnes âgées


La pratique d’une activité physique régulière associée à l’alimentation est un axe majeur pour préserver la masse musculaire chez les personnes âgées. En effet, il a été démontré que l’activité physique, même modérée, contribue à réduire le risque cardiovasculaire ainsi que les risques de maladies, de dépression et de détérioration de la fonction cognitive. De plus, cela participe également à prévenir les chutes qui constituent la première cause de traumatismes physiques chez les plus de 70 ans.

S’il n’y a pas de contre-indication médicale, l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) recommande la pratique de « 150 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée ou au moins 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue » par semaine. Il est également conseillé de pratiquer des exercices de renforcement musculaire au moins deux fois par semaine.

Activité physique ne signifie pas automatiquement activité sportive et peut se limiter à la marche, danse, natation, gym douce, yoga, Tai Chi… De nombreuses activités physiques sont adaptées aux personnes âgées. C’est à chacune de choisir celle qui correspond le mieux à ses envies, à ses besoins et à ses capacités.

Il ne faut pas négliger également les petites tâches du quotidien : jardiner, faire le ménage ou encore aller à la boulangerie sont autant d’activités qui contribuent, elles aussi, au maintien de l’autonomie de la personne âgée. Pour les séniors les plus fragilisés, un accompagnement par une auxiliaire de vie sociale peut bien sûr être sollicité afin de faciliter les déplacements.

Sources (consultées le 16/06/2021) :
1. OMS – « L’activité physique des personnes âgées » https://www.who.int/dietphysicalactivity/factsheet_olderadults/fr/
2. Bien vieillir – « Mémoire et lien social fonctionnent ensemble » https://www.pourbienvieillir.fr/le-mot-du-psychologue-memoire-et-lien-social-fonctionnent-ensemble
3. Lutte contre la dénutrition https://www.luttecontreladenutrition.fr
4. ANSES – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail – « Les protéines » https://www.anses.fr/fr/content/les-protéines
5. Institut Amelis – « Favoriser l’échange et le lien social » https://institut.amelis-services.com/bien-vieillir/vie-sociale-fetes/favoriser-lechange-et-le-lien-social/