Maladie de Crohn et alimentation

Maladie de Crohn : quelle alimentation envisager ?


Comme dans toute pathologie intestinale, un régime alimentaire par une alimentation adaptée accompagne le parcours de soins des patients atteints de la maladie de Crohn. Les mesures diététiques visent à maintenir une alimentation diversifiée selon la tolérance individuelle du patient et à prévenir la dénutrition et à restaurer l’état nutritionnel.

Dénutrition et maladie de Crohn : quelles sont les causes ?


La dénutrition peut affecter l’évolution de la maladie en augmentant notamment la fréquence des infections. C’est une complication fréquente, qui joue un rôle pronostique majeur : la dénutrition impacte la qualité de vie et les complications postopératoires.

Les facteurs qui contribuent à la dénutrition au cours de la maladie de Crohn sont multiples :

• Diminution des apports alimentaires (anorexie, douleurs abdominales),
• Modifications du métabolisme énergétique (augmentation des besoins nutritionnels),
• Malabsorption,
• Pertes digestives (diarrhées, vomissements, entéropathie exsudative),
• Certains traitements, comme les corticoïdes qui augmentent le catabolisme protéique et favorisent l’ostéoporose.

Alimentation artificielle et maladie de Crohn


Les bénéfices majeurs de la nutrition clinique orale ou entérale par sonde pour les patients, atteints de maladie de Crohn, sont la reprise d’un statut nutritionnel satisfaisant.

Chez l'adulte, du fait des conséquences nutritionnelles de la maladie de Crohn, un soutien nutritionnel orale sous forme d’une complémentation orale ou d’une nutrition entérale peut s’avérer nécessaire. Le traitement nutritionnel par nutrition entérale exclusive est une alternative en cas d’intolérance aux corticoïdes. La nutrition entérale pourra être réalisée avec une par nutrition polymérique spécifique.

Maladie de Crohn : nutrition artificielle


Concernant l’alimentation artificielle, la nutrition entérale est à privilégier par rapport à la nutrition parentérale.

Par ailleurs, assurer un apport calorique et protéique suffisant permet de maintenir ou restaurer l’état nutritionnel et évite l’aggravation de la dénutrition. Dans les cas de dénutrition et de malabsorption sévère, une nutrition entérale semi-élémentaire avec des Triglycérides à Chaînes Moyennes (TCM) peut être prescrite.

Régime alimentaire et maladie de Crohn


En période de de rémission, une alimentation équilibrée, diversifiée, adaptée à la tolérance individuelle permet d’apporter les nutriments essentiels au bon fonctionnement de l’organisme. Il est primordial de ne pas maintenir de restrictions alimentaires durablement.

En période de poussées, certains aliments seront à éviter temporairement, parfois définitivement selon la tolérance et les complications potentielles (sténose) de la maladie, tels que les aliments riches en fibres (céréales complètes, aliments riches en fibres : légumes, fruits, et fruits secs). Les aliments riches en fibres seront réintroduits selon le nombres de selles et les signes digestifs. La mise en place de collations permet de fractionner l’alimentation afin de faciliter la tolérance et la couverture des besoins nutritionnels.
Les recettes des petits déjeuners, déjeuners et dîners seront adaptés à chaque étape de la maladie.
Les conseils d’un diététicien-nutritionniste pourront permettre d’adapter l’alimentation à la situation individuelle du patient.

CDED : le régime d’exclusion dans la maladie de Crohn


Une des hypothèses environnementales de l’augmentation de la maladie de Crohn est l’occidentalisation de l’alimentation, pouvant induire l’altération du microbiote, de la fonction barrière de l’intestin et de l’immunité. L’alimentation occidentale se caractérise par la consommation d’aliments riches en graisses saturées, en sucres, aliments transformés et une alimentation pauvre en fibres.1

La nutrition entérale exclusive est le traitement nutritionnel de la maladie de Crohn induisant la rémission et la cicatrisation des muqueuses.2

Le régime d’exclusion pour la maladie de Crohn (CDED) est élaboré pour réduire l’exposition aux composants alimentaires pouvant avoir des effets délétères sur le microbiome, la barrière intestinale et l’immunité intestinale. Le CDED associé à Modulen IDB est une alternative efficace à la nutrition entérale exclusive. 3

Ce régime est composé de trois phases et associe des aliments choisis et diversifiés et une formule complète de nutrition : Modulen IBD

La plateforme Modulife est dédiée aux patients pour suivre le régime CDED avec un vaste choix de recettes et de menus, des conseils et des outils de suivis. L’accès à la plateforme au patient est donné par un professionnel de santé.

Sources (consultées le 04/02/21) :
https://mymodulife.fr/professionnels-de-sante/
https://mymodulife.fr/patients/
https://www.afa.asso.fr/alimentation-et-mici/adapter-son-alimentation/principes-alimentation/
1Levine A et al. Evolving role of diet in the pathogenesis and treatment of inflammatory bowel diseases. Gut 2018;66:1–13
2Borelli O et al. Polymeric diet alone versus corticostéroids in the treatment of active pediatric Crohn’s disease ; a randomized controlled open-label trial. Clin Gastroenterol Hepatol. 2006;4:744-53
3Levine A et al. Crohn's Disease Exclusion Diet Plus Partial Enteral Nutrition Induces Sustained Remission in a Randomized Controlled Trial. Gastroenterology. 2019;157(2):440-450.e8

Date de publication : 15/03/21

 

PROPOSITION DE SOLUTIONS
NUTRITIONNELLES NESTLE HEALTH SCIENCE
EN CAS DE DENUTRITION OU DE RISQUE DE DENUTRITION
 

POUR VOIR TOUS NOS PRODUITS

Partager